Huit actions de véhicules électriques sous-évaluées


recharge d'un véhicule électrique

Les investisseurs n’ont pas besoin d’actions de Tesla (TSLA) dans leurs portefeuilles pour bénéficier de l’adoption massive d’une conduite automobile plus durable.

Ils peuvent plutôt appliquer cette vieille pratique de la ruée vers l’or : se concentrer sur la pelle et choisir ce qui se vend bien. Dans ce cas précis, alors que les véhicules électriques passent du statut de produit de créneau au courant dominant et que les fabricants automobiles traditionnels augmentent leur production, les opportunités chez les fournisseurs devraient augmenter de façon exponentielle pendant les années qui s’annoncent.

En même temps, les sociétés qui fournissent des pièces automobiles essentielles aux véhicules électriques comme BorgWarner (BWA), Sensata Technologies (ST) and Aptiv (APTV) se négocient au-dessous de leur estimation de juste valeur.

« Les fabricants automobiles purs comme Tesla et Rivian recueillent beaucoup d’attention des médias, mais les investisseurs ont d’autres moyens de jouer sur le même thème, par la chaîne logistique », dit Andrew Lane, directeur de la recherche sur les actions pour les stratégies indicielles à Morningstar.

De nombreux investisseurs ne comprennent peut-être pas les différences considérables entre la fabrication des véhicules électriques et celle des véhicules traditionnels à combustion interne.

« Quand on remplace un moteur propulsé à l’essence par une batterie et un autre moteur, if faut des centaines d’autres composantes électriques, dit M. Will Kerwin, analyste d’actions à Morningstar. Les voitures normales fonctionnent à 12 volts, mais il faut aux batteries de véhicules électriques des centaines de volts, et c’est là qu’on gagne le plus d’argent pour chaque voiture équipée. Les gagnants potentiels sont les fournisseurs qui sont les meilleurs dans l’entretien d’applications complexes.

« Un contenu électrique plus important veut dire que les fournisseurs de composantes électriques peuvent en vendre davantage pour chaque automobile. Déjà, s’ils en vendent au même nombre de véhicules, ils s’assurent une croissance, dit M. Kerwin. Par exemple, Littelfuse (LFUS) vend un contenu de 5 $ en moyenne pour un véhicule traditionnel. Mais pour les véhicules électriques, cela peut aller jusqu’à 35 $ par véhicule.

C’est la même chose pour les semiconducteurs. Les fabricants de semiconducteurs qui se concentrent sur le secteur automobile sont bien positionnés pour gagner parce que les VE ont besoin de 2 à 3 fois plus de semiconducteurs par véhicule, dit-il.

Les actions de véhicules électriques sous-évaluées

Les analystes de Morningstar pensent que le prix de ces actions a encore beaucoup de marge de progression : « Nous prévoyons que les véhicules électriques à batterie occuperont une place de 30 % du marché mondial en 2030, contre un peu plus de 5 % l’année dernière », dit Seth Goldstein, stratège du secteur des actions et président du comité sur les véhicules électriques à Morningstar.

Undervalued EV stocks

Comme d’autres parties du marché boursier, les actions de véhicules électriques ont souffert en 2022. L’Indice Morningstar des véhicules électriques et autonomes américains, qui réunit des sociétés américaines dont les analystes pensent qu’elles bénéficient de l’adoption de véhicules électriques et autonomes, a chuté de 11,6 % depuis le début de l’année : à peine au-dessus de l’Indice Morningstar du marché américain, dont la perte a été de 11,6 % pour la même période. 

Huit des 21 sociétés qui se situent dans la portion des véhicules électriques de l’indice se négovcient actuellement à des prix sous-évaluées pour leur cote de 4 et 5 étoiles. (Il n’y avait que trois sociétés dans ce cas au début de l’année). Dans son ensemble, l’indice se négocie actuellement à un rabais de 11,6 % par rapport à sa juste valeur globale, alors que l’évaluation du marché global est estimée à 6,8 % au-dessous de sa uste valeur, que mesurent les analystes de Morningstar et l’Indice Morningstar du marché américain. 

Electric vehicle stocks

Au sein de l’Indice Morningstar des véhicules électriques et autonomes américains, le fournisseur de technologie automobile Aptiv a perdu 35,6 % du début de l’année au 3 juin, et Applied Materials (AMAT), société américaine qui fournit des équipements et des logiciels aux fabricants de semiconducteurs, a chuté de 26,6 %.

Avant la grande liquidation boursière de cette année, les actions de véhicules électriques sous-évaluées de l’indice, soit Sensata, Littelfuse, Applied Materials et Aptiv, n’avaient pas été autant bradées depuis avril et mai 2020.

Mais sur le long terme, les rendements de ces actions sont solides.

La performance des actions de véhicules électriques

L’action d’Applied Materials a grimpé de 160,6 % ces cinq dernières années : près du double de la croissance de l’Indice Morningstar du marché américain (82,7 % pendant la même période). Amphenol (APH) a gagné 98.4%, et Littelfuse 75.6%.

Performance history

Sustainability Ratings on EV Stock Plays

Les cotes de durabilité des actions de véhicules électriques

L’Indice Morningstar des véhicules électriques et autonomes américains ne filtre pas les sociétés qui ont une cote de risque ESG Morningstar Sustainalytics élevée, mais ce groupe comporte moins de risques que les fabricants automobiles traditionnels mesurés par cette cote. Les sociétés de l’Indice des véhicules électriques et autonomes ont actuellement une cote de risque de 22,9, soit un risque considéré comme modéré : légèrement plus élevé que la moyenne du marché global des actions qui est de 21,8. Quant à la cote de risque actuelle de l’Indice Morningstar de la fabrication automobile mondiale, elle s’élève à 27,9 : beaucoup plus proche d’un niveau de risque élevé.

Au sein de la chaîne logistique des véhicules électriques, la déontologie commerciale, le capital humain et l’utilisation des ressources naturelles sont des facteurs essentiels de risque lié à la durabilité.

Index-level sustainability scores 

Voici la position de Morningstar sur huit actions de véhicules électriques sous-évaluées :

BorgWarner BWA

« La cote de bastille économique de BorgWarner est modérée. Les sources de cette bastille économiques sont ses actifs incorporels, des coûts de transfert élevés pour ses clients, et ses avantages de coûts. BorgWarner bénéficie d’une présence mondiale importante dans le domaine de la fabrication, des liens extrêmement bien intégrés à long terme avec le consommateur, et un pouvoir de fixation des prix modéré provenant de la commercialisation régulière de nouvelles technologies.

« L’innovation technologique constante de BorgWarner et sa capacité à trouver des applications automobiles alternatives lui permettent une tarification plus avantageuse par rapport à bien d’autres fournisseurs de l’industrie automobile, ce qui augmente les gains financiers de la société par véhicule. Les fabricants automobiles sont disposés à payer pour des composantes et des systèmes qui fournissent une importante différentiation des produits, une réduction du poids, une sécurité améliorée ou des coûts réduits, tout en remplissant les conditions réglementaires d’efficience énergétique et d’émissions carboniques, comme c’est le cas pour BorgWarner. »  

Richard Hilgert, analyste principal d’actions

Sensata Technologies ST

« Nous attribuons à Sensata Technologies une cote de bastille économique modérée sur la base de ses actifs incorporels et des coûts de transfert élevés pour le client. Sensata est un concepteur et fabricant dominant de capteurs qui alimente les marchés verticaux des transports et de l’industrie. Dans le segment des capteurs de performances de Sensata (75 % de ses ventes en 2021), la firme vend des systèmes de surveillance de la pression des pneus (TPMS) et une pléthore d’autres capteurs de pression, de température et de position aux marchés finaux des automobiles et des véhicules lourds. Dans le segment des solutions de capteurs de la firme (25 %), Sensata vend des convertisseurs, des thermostats et des protections électriques aux marchés finaux de l’aérospatiale, du chauffage, de la ventilation et du refroidissement, ainsi qu’à l’industrie. Nous pensons que la bastille économique de Eensata lui permettra de gagner un rendement du capital investi dépassant le coût de son capital au cours des 10 prochaines années. »

William Kerwin, analyste d’actions

Aptiv APTV

« Nous avons attribué à Aptiv une cote de bastille économique modérée sur la base de ses actifs incorporels et des coûts de transfert élevés pour le client, et, à un degré moindre, de son avantage de coût. Ses actifs incorporels découlent d’une gamme de produits avec un développement continuel de la propriété intellectuelle et d’une capacité à commercialiser ces nouvelles technologies, ainsi que des relations contractuelles à long terme et extrêmement bien intégrées dans le domaine de l’ingénierie entre Aptiv et ses clients de la fabrication automobile. Ses accords contractuels d’approvisionnement, qui comprennent le développement de véhicules, durent de six à 14 ans.

« Ses coûts de transferts élevés proviennent des coûts incrémentiels d’ingénierie, de développement et d’outillage, du besoin de délocaliser ou même de racheter de gros équipements industriels, du risque que la chaîne de montage de ce fabricant automobile soit fermée au cours d’un transfert, du temps important qu’il faut pour développer le produit du fournisseur concurrent selon les spécifications du client, et de la validation en préproduction permettant d’assurer l’intégrité du processus et du produit. »

Richard Hilgert, analyste principal d’actions

NXP Semiconductors NXPI

« Nous croyons que NXP Semiconductors mérite une cote de bastille économique modérée, comme certains de ses pairs du secteur général des semiconducteurs analogues et à signaux mixtes. Nous pensons que NXP prospère du fait de ses actifs incorporels provenant des compétences de la firme en matière de conception, ainsi que de ses coûts de transfert élevés, les produits de NPX étant rarement arrachés à un appareil une fois qu’ils y ont été incorporés, notamment dans les quatre segments principaux de la société : automobile, industrie et Internet des Objets, téléphonie mobile et infrastructure des communications.

« Lorsqu’on en arrive au marché final, les fabricants de puces électroniques analogues et à signaux mixtes de l’industrie automobile ont tendance à bénéficier de certains actifs incorporels, les fournisseurs de puces ayant perfectionné leurs processus de fabrication afin de livrer leurs pièces de la façon la plus fiable possible, et même, dans certains cas, en offrant une absence totale de défauts pour un million de pièces. Les fabricants de puces électroniques dans l’automobile bénéficient aussi de coûts de transfert élevés, grâce à la longueur des cycles de conception et aux programmes associés aux automobiles. Les semi-remorques sont habituellement sélectionnés de deux à trois ans avant le début de la production des autos, et les puces sont presque toujours conservées pendant toute la vie du programme automobile, qui peut être de cinq à sept ans. »   

Brian Colello, directeur principal, secteur actions

Applied Materials AMAT

« Nous pensons qu’Applied Materials mérite une forte bastille économique en raison des actifs incorporels que lui procurent son expertise de conception et de recherche et développement (R&D) dans les équipements de fabrication de tranches de semiconducteurs et aux avantages de coûts requis pour décrocher des contrats de fabricants d’avant-garde. Ces caractéristiques ont permis à la société de devenir le plus gros vendeur sur le marché des équipements de semiconducteurs. L’échelle et les ressources d’Applied lui donnent un budget de plus de 2 milliards $ pour desservir les technologies de pointe et profiter donc d’inflexions comme les transistors à effet de champ à aileron (« FinFET ») et la mémoire flash rémanente. Les outils avancés de dépôt et de nettoyage sont devenus essentiels pour la structuration multiple qui donne lieu à des processus de fonderie et de logique d’avant-garde. Par conséquent, ces segments ont eu une croissance plus rapide que l’ensemble du marché ces dernières années, et des firmes comme Applied en ont directement bénéficié, car elles peuvent dépenser beaucoup plus d’argent en recherche et développement que les firmes d’équipements pour puces plus petites pour développer des solutions plus avancées.

« Lorsque les fabricants de puces exploitent de nombreuses usines de fabrication dans le monde, maximiser la capacité de traitement et réduire la variabilité des processus dans tout leur parc d’outils sont des priorités absolues. Nous pensons que les fournisseurs d’outils en activité comme Applied ont aussi les actifs incorporels que leur procurent les contrats de service et la collaboration des clients au cours du développement du processus et de la fabrication à grand volume qui s’ensuivent. Les ingénieurs de service qui sont sur le terrain dans les usines de fabrication des clients aident à aborder des problèmes dont la résolution est de grande valeur pour améliorer les rendements et la production, ce qui stimule la productivité et réduit les coûts. Nous pensons que se crée ainsi une boucle de rétroaction dans lequel les vendeurs de technologie future à l’intention des clients exploitent les relations et informations existantes pour combler les besoins de technologie future et, finalement, concevoir et proposer des équipements de qualité supérieure. De plus, le cercle vertueux qui en résulte ne peut pas être reproduit facilement par des nouveaux venus potentiels. La base installée d’Applied constituée de plus de 43 000 outils est la plus grosse de l’industrie, ce qui nous convainc encore davantage du bien-fondé de notre cote de forte bastille économique.  

Abhinav Davuluri, stratège, secteur actions

Microchip Technology MCHP

« Nous croyons que Microchip est dotée d’une forte bastille économique. Les bastilles de fabricants de puces analogues et de microcontrôleurs à puces comme Microchip proviennent souvent des actifs incorporels liés à la conception de puces exclusives et aux compétences de fabrication de ces dernières, ainsi que des coûts de transfert qui rendent difficile d’abandonner des puces analogues et des microcontrôleurs au profit de produits concurrents une fois intégrés à un appareil électronique donné. Compte tenu de l’historique de profitabilité prodigieux de Microchip ces derniers temps et de sa capacité à conserver sa position dominante dans le domaine des microcontrôleurs à puces tout en développant son secteur analogue, nous pensons qu’il y a de fortes chances que Microchip gagnera en capital excédentaire pendant les 20 prochaines années. »

Brian Colello, directeur principal, secteur actions

Littelfuse LFUS

« Nous attribuons à Littelfuse une cote de bastille économique modérée en raison de ses coûts de transfert pour le consommateur qui couvrent la totalité de son portefeuille de produits. Littelfuse conçoit, de concert avec ses clients, ses produits de protection de circuit et de gestion énergétique ainsi que ses capteurs pour en faire des systèmes essentiels dont l’échec serait très coûteux. Par conséquent, nous nous attendons à ce que les rendements de la firme dépassent le coût de son capital pendant la plus grande partie de la décennie qui s’annonce.

« Littelfuse a un vaste portefeuille de produits de protection de circuits et de gestion énergétique, ainsi que des capteurs et des semiconducteurs de puissance qu’elle vend sur les marchés finaux de l’automobile, de l’industrie, des télécoms et de l’électronique grand public. Les produits de protection de circuits comprennent des fusibles, des disjoncteurs, des diodes, des relais et d’autres composantes qui assurent le fonctionnement sécuritaire des systèmes électriques en les protégeant contre les surcharges et surtensions. Parce que les unités de gestion des stocks sont des sous-composantes de systèmes électriques ou électroniques plus vastes, la firme travaille en étroite collaboration avec les consommateurs, en capacité de partenaires de conception et d’ingénierie, pour intégrer ses composantes passives aux produits finaux des fabricants d’équipements d’origine. Les ingénieurs de Littelfuse commencent à travailler avec ses clients deux ou trois ans avant la production pour collaborer à la conception et élaborer une stratégie de fabrication. Une fois que les produits de Littelfuse sont conçus pour être intégrés à un produit final, ils ont toutes les chances de perdurer pour son cycle de vie entier. Dans ses applications aux transports et à l’industrie, la relation de Littelfuse avec le client pour une seule conception réussie peut être de 8 à 10 ans. Un consommateur final serait confronté à des coûts de transfert prohibitifs s’il voulait rompre prématurément son contrat avec Littelfuse au milieu du cycle d’un produit.

Willian Kerwin, analyste d’actions

Amphenol APH

“Nos attribuons à Amphenol une cote de bastille économique modérée en raison de coûts de transfert et d’actifs incorporels dans toute la firme qui nous confortent dans notre conviction qu’Amphenol a la capacité de gagner un rendement du capital investi dépassant le coût de son capital pendant au moins dix ans.

« Dans les véhicules électriques (VE), les fabricants d’équipements d’origine s’efforcent de mettre en place une recharge à puissance élevée qui assurerait une autonomie de 300 kilomètres en seulement 10 minutes. Ce serait comme boire de l’eau d’une lance à incendie : l’infrastructure électrique d’un véhicule doit gérer en toute sécurité le transfert d’une charge plus grande et distribuer la chaleur dont elle s’accompagne. Mettre en place une innovation comme les recharges à puissance élevée permet à Amphenol d’occuper une plus grande portion de la liste générale des matériaux, à la fois par l’incorporation de plus d’unités de gestion des stocks  et en vendant des unités technologiquement plus avancées et à prix plus élevé : nous estimons que le contenu monétaire d’Amphenol dans un VE est le double de celui d’un moteur à combustion interne. Alors que les moteurs à combustion interne s’électrifient de plus en plus et que les VE occupent une part plus importante du parc mondial de véhicules, le contenu moyen d’Amphenol par véhicule augmente. Amphenol a été capable de toujours accroître ses revenus plus vite que le marché sous-jacent : depuis 2015, elle connaît une croissance moyenne de près de 14 % en excédent de la production automobile sous-jacente. On peut voir dans beaucoup de ses marchés industriels verticaux cette tendance qu’ont les produits d’Amphenol de soutenir des avancées technologiques qui lui permettent de garder des prix élevés. Dans des équipements industriels comme les bras robotiques, la prévalence de plus en plus grande d’usines intelligentes et connectées nécessite plus de capteurs, et des machines plus complexes nécessitent plus de connexions électriques. »

William Kerwin, analyste d’actions

 



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

fr_FRFrench