L’inventeur de Bastyon, Daniel Satchkov, explique l’importance d’utiliser une plate-forme de médias sociaux open source – Interview BlockBlog


Bastyon.com est une plateforme sociale construite sur la base de Bitcoin. Il est décentralisé sans service central. La base de code de Bastyon est open source et tout est régi par les utilisateurs eux-mêmes. Le concept central de Bastyon est la résistance à la censure. Il peut fonctionner même avec des domaines verrouillés en se connectant directement aux nœuds. Bastyon est alimenté par Pocketcoin (PKOIN), une crypto-monnaie de preuve de participation qui paie les créateurs de contenu et les opérateurs de nœuds qui gèrent le réseau.

Daniel Satchkov est l’inventeur de Bastyon (qui s’appelait à l’origine Pocketnet). Il a récemment rejoint le podcast d’actualités Bitcoin.com pour parler de la technologie :

L'inventeur de Bastyon, Daniel Satchkov, explique l'importance d'utiliser une plateforme de médias sociaux open source

Daniel a travaillé et publié dans les domaines de la finance quantitative et de l’apprentissage automatique. En 2015, il a reçu le prestigieux prix Peter L. Bernstein pour un article dans Institutional Investor Journals. La mission de Daniel en inventant le Bastyon était de faire en sorte que les gens puissent gérer leur propre communication sans la censure arbitraire des grandes entreprises. Daniel est fasciné par le potentiel de Bitcoin pour aider à garantir la liberté de choix humaine et à perturber non seulement la finance, mais de nombreuses autres industries quasi monopolistiques.

Apprenez à miser Pocketcoin et à exécuter un nœud Bastyon facile ici.

Pour en savoir plus, voici l’article qui a influencé la pensée de Daniel : Why Decentralization Matters, par Chris Dixon.


Le podcast d’actualités Bitcoin.com présente des entretiens avec les dirigeants, fondateurs et investisseurs les plus intéressants du monde des crypto-monnaies, de la finance décentralisée (DeFi), des NFT et du métaverse. Suivez-nous sur iTunes, Spotify et Google Play.


Ceci est un podcast sponsorisé. Apprenez comment atteindre notre public ici. Veuillez lire la clause de non-responsabilité ci-dessous.

Médias Bitcoin.com

Bitcoin.com est la principale source pour tout ce qui concerne la crypto-monnaie. Contactez ads@bitcoin.com pour discuter des communiqués de presse, des publications sponsorisées, des podcasts et d’autres options.

crédits images: Shutterstock, Pixabay, Wiki Commons

AvertissementRemarque : Cet article est à titre informatif uniquement. Il ne s’agit pas d’une offre directe ou d’une sollicitation d’une offre d’achat ou de vente, ni d’une recommandation ou d’une approbation d’un produit, d’un service ou d’une entreprise. Bitcoin.com ne fournit pas de conseils en investissement, fiscaux, juridiques ou comptables. Ni la société ni l’auteur ne sont responsables, directement ou indirectement, de tout dommage ou perte causé ou présumé avoir été causé par ou en relation avec l’utilisation ou la confiance accordée à tout contenu, bien ou service mentionné dans cet article.





Source link

CEF Weekly Market Review: Don’t Ignore Big Picture In CEF Investing


Trading Charts on a Display

da-kuk/E+ via Getty Images

This article was first released to Systematic Income subscribers and free trials on Jan. 16.

Welcome to another installment of our CEF Market Weekly Review where we discuss CEF market activity from both the bottom-up – highlighting individual fund news and events – as well as top-down – providing an overview of the broader market. We also try to provide some historical context as well as the relevant themes that look to be driving markets or that investors ought to be mindful of.

This update covers the period through the second week of January. Be sure to check out our other weekly updates covering the BDC as well as the preferreds / baby bond markets for perspectives across the broader income space.

Market Action

Most CEF sectors were down on the week. Among the three income « spaces » of BDCs, preferreds / baby bonds and CEFs that we cover, CEFs were the laggards this week though not by much.

This week highlighted another important dynamic worth keeping in mind for CEF investors – the procyclicality of CEF discounts. In other words, when CEF NAVs rally, discounts tend to rally as well (i.e., tighten). And when CEF NAVs fall, discounts tend to fall as well (i.e., widen). This doesn’t work day in and day out but it’s obvious from longer-term trends.

We can see this in the weekly CEF sector performance chart below – the green area highlights sectors that saw flat or higher NAVs and in these sectors discounts rallied as well. The red rectangle highlights sectors that saw lower NAVs along with weaker / wider discounts. Sectors in between these two were mixed.

CEF Weekly Market Review: Don

Systematic Income

On a year-to-date basis, most CEF sectors remain lower – under pressure from the combination of lower Treasuries and stocks.

CEF Weekly Market Review: YTD CEF Sector total returns

Systematic Income

Fixed-income and equity sector median discounts are trading right on top of each other. Fixed income sector discounts have widened quite a bit off their tights near zero while equity sector discounts are quite strong, trading at a post-GFC record tight level. This dynamic jibes with broader sentiment of a relatively weak outlook for fixed-income sectors while the consensus for equity markets remains upbeat.

CEF Weekly Market Review: Discounts

Systematic Income

Rising rates are top of mind for investors. The chart below shows the top CEF performers by total NAV returns since 3-Dec-21 when the 10-year Treasury yield marked a recent low of 1.35% – it is now at 1.78%.

The best-performing funds are primarily MLPs – a sector which has been in an uptrend last year due to the cyclical recovery as well as the spillover of high inflation. The rest are a mixed bag of equity funds, including covered calls, individual sector and international funds.

CEF Weekly Market Review: Top Total NAV returns

Systematic Income

The worst performers include some Tech and Health-focused funds, longer-duration / higher-quality funds such as taxable and tax-exempt muni and investment-grade sectors as well as convertible funds which tend to have a Tech focus.

CEF Weekly Market Review: Bottom Total NAV returns

Systematic Income

If we limit our focus to fixed-income funds we see that the best performers have a floating-rate or multi-sector flavor. We have been highlighting a number of these funds recently such as the Western Asset Diversified Income Fund (WDI), the Ares Dynamic Credit Allocation Fund (ARDC), the Barings Global Short Duration High Yield Fund (BGH), the Apollo Tactical Income Fund (AIF) and others. We continue to hold many of these funds in our Income Portfolios.

CEF Weekly Market Review: Top fixed-income Total NAV returns

Systematic Income

Market Themes

This week we wanted to highlight, what we call, a myopic CEF investment style – a misguided allocation strategy that glosses over some of the most important factors in CEF investing and misses the bigger picture.

Generally speaking, the process of CEF allocation goes like this:

  1. Is this a sensible sector to invest in?
  2. Is the CEF the right wrapper to use when allocating to this sector?
  3. Does this CEF have attractive features (e.g. alpha, discount, NII etc).

Very often we see investors (and analysts) skipping right to the last point and allocating largely based discounts and yields while ignoring the first two questions. Let’s go through three quick examples that we have found recently in the commentariat.

The first interesting case is the Western Asset Inflation-Linked Opportunities & Income Fund (WIW). WIW primarily holds TIPS and has a 4.47% distribution rate. On the face of it a fund that offers a mid single-digit yield, inflation protection on top and very little credit risk (the fund holds some corporate bonds apart from its majority TIPS allocation) looks like a slam dunk.

The trouble here is that many investors fail to come to grips with the mechanics of TIPS. The fund’s largest allocation at 11.4% is the 3.875% 15-Apr-2029 bond. It is no coincidence that this bond features an unusually high coupon, having been issued around 2000 during a brief inflation spike – TIPS issued more recently have a coupon of just 0.125%. The bond’s unusually high coupon (it is the highest coupon of all the fund’s TIPS holdings) pushes up the fund’s net income at the expense of future pull-to-par. However, it’s yield is very similar to what it would be for a bond with a 0.125% coupon of the same maturity.

Pull-to-par works a bit differently for TIPS because the face amount is adjusted by inflation, whereas for nominal bonds it is fixed for the life of the bond. The fund’s market value position in the bond is $144.9m but the face amount is just $102.3m. To provide some intuition here if inflation is zero to the end of the bond’s maturity in 2029, its market value will drop from $144.9 to $102.3, delivering a return of -1.21% (i.e. current its real yield). Of course, no one expects inflation to be zero. However, even if inflation is 4%, the bond will still lose about 6% of its value or have a drag of about 0.9% per annum on the fund’s NAV. The market is currently pricing inflation to average about 2.64% through 2029 which will deliver a 14.7% market value drop in the bond to maturity or about a 2.2% per annum drag on the NAV.

The key point here is that this pull-to-par drag is, in a sense, invisible in the fund’s income and coverage profile so investors who allocate on this basis of are missing a huge likely headwind for the fund in the coming years. The only way for this drag to disappear is for inflation to average about 5% through the maturity of the bond. That’s not impossible but it’s close to 2x what the market is pricing in.

The other thing to note is that the bond has a real yield of -1.21% which is not unusual for TIPS as real yields are negative across the entire TIPS yield curve. What this means is that the bond, if held to maturity, will deliver a performance of inflation minus 1.21%. So, the common refrain that TIPS offer inflation protection isn’t really true since it will lag inflation (or CPI-U, more specifically) by 1.21% per annum.

The key point here is that the fund’s large overweight in a TIPS with an unusually high coupon (the fund holds other higher-coupons TIPS as well in lower amounts) means that its distribution and coverage numbers significantly overstate its actual underlying yield.

The second case is the First Trust Specialty Finance & Financial Opportunities Fund (FGB) which appears attractive at an 8.2% discount and an 8% distribution rate.

The pitch for the fund goes as follows:

  1. Yes, long-term returns are bad but that’s only because of the GFC and recent returns have been great,
  2. The discount is very wide – much wider than the broader CEF market which is around a 2% average discount
  3. Yield is high at 8% and largely covered
  4. There is the usual positive discount on discount dynamic for funds of funds.

All of these reasons are problematic. First, the fund’s top 3 holdings are trading at premiums of 144%, 183% and 113% so the discount on discount thing is not real.

Second, the 8% FGB yield is actually 1.5% below the average yield in the BDC sector (including specials) so yes FGB has a high yield for the CEF sector but it’s actually low for the BDC sector which is what the fund holds and this is despite the fact that the fund has leverage.

Third, the fund’s discount may be wide relative to its own history but it’s not wide relative to its fair value. Back of the envelope, a fund that earns 8-10% on its portfolio and charges 1% for doing so should trade at a discount that’s actually wider than 8%.

Finally, the fund’s return is horrible even outside of the GFC e.g. 1.7% NAV CAGR in the last 5Y and 5.5% in the last 3Y. Our service BDC Tool shows the BDC sector has generated an average 3Y and 5Y CAGR of 9.9% and 9.7%.

CEF Weekly Market Review: Returns

Systematic Income BDC Tool

This mostly has to do with another issue which absolutely has to be addressed with CEFs which is that using leverage on highly volatile assets such as BDCs means the fund will tend to lock in permanent losses on sharp drawdowns. This is pretty much what keeps happening with FGB. For investors who want fund exposure in BDCs, holding ETFs makes a lot more sense than FGB as the following chart shows.

CEF Weekly Market Review: Total returns

Systematic Income

The key takeaway here is that investors should come to grips with the fact that FGB has delivered performance that is miles away from what its underlying holdings have delivered. At the very least, investors in the fund (as well as analysts who pitch the fund) should have a view of why its terrible historic underperformance should be any different from what it has delivered in the past.

Finally, we will touch on the First Trust New Opportunities MLP & Energy Fund (FPL). The pitch for this fund is that 1) it is trading at a wide discount – around 12% at the start of the year which has since tightened to about 8% and 2) it is a conservative MLP fund with a 7.4% yield.

The first thing to say about MLP CEFs is that investors shouldn’t consider them income investments, something we discussed in an earlier article. This is because whatever income the sector throws off is totally swamped by the price volatility of the sector.

Another key point here is that the income stream in the sector is totally unreliable. Even a « conservative » fund like FPL has seen its distribution cut by two-thirds since 2018. At the start of 2018 the fund was trading around a 10.5% yield which surely looks even more attractive than the current 7.4% yield. However, investors who bought then are now holding a fund that is delivering them a 3.75% yield on their cost basis.

The « conservative » stance of FPL means it has delivered a -4.3% 5Y total NAV CAGR versus a -6.6% one for the sector. Not only is -4.3% per annum an obviously sad number but despite its « conservative » stance, the fund is also hugely underperforming the benchmark as the chart below makes clear.

CEF Weekly Market Review: Total NAV Returns

Systematic Income

Maybe there are conservative ways of swimming with sharks but maybe the focus should be on the swimming with sharks rather than doing it in a conservative way. Losing an arm is better than losing your head when it comes down to it but neither one is all that appealing.

Ultimately, if there is one lesson that the CEF market has delivered over the last 3-5 years is that leverage and very volatile assets don’t mix. Many investors take the view that CEF price volatility doesn’t matter and some think that, actually, the lower the price goes the better since it allows them to buy more shares at lower prices. This misses the bigger picture – it is precisely the price volatility of the sector that explains why MLP CEFs have delivered a -6.6% 5Y total NAV CAGR and the unleveraged passive index fund AMJ delivered a -2% total NAV CAGR.

Ultimately, what is very weird is when analysts pitch MLP CEFs is that they don’t bother dealing with the gorilla in the room which is that the sector has lost half its capital (including dividends) in the last 5-7 years and fail to deal with the question why the future should be any different from the past.

The key takeaway here is that investors who find a CEF that looks attractive on discount and yield grounds should also consider whether its underlying sector exposure is worth holding and whether that sector exposure is better held in other ways such as open-end funds or as individual underlying allocations.

Market Commentary

Eagle Point released December NAVs for the Eagle Point Credit Co (ECC) and the Eagle Point Income Co (EIC). ECC NAV is down 1.5% in December and EIC is down 1.3% while both are down about 5% since their peaks a few months ago though some of that is due to recent special dividends. The CEF Tool shows the two funds are still trading at premiums – EIC at around 3% and ECC at around 6%.

OXLC vs ECC vs OCCI vs EIC NAV

Systematic Income CEF Tool

The premium of EIC in particular has deflated somewhat from its recent double-digit level and is no longer obviously expensive.

EIC estimated discount

Systematic Income CEF Tool

With 4 hikes in 2022 now becoming consensus this should give EIC a decent boost since, unlike loans, CLO Mezz tranches have no Libor floors. This means the income of EIC will immediately reflect rises in short-term rates whereas the income of CEF loan funds will lag. Plus, the fact that a big chunk of EIC liability is fixed with the issuance of its preferred, its liabilities will not increase in cost as the Fed begins to hike. By contrast, the broader loan CEF sector, whose liabilities are nearly all floating-rate, will see its leverage costs rise. We continue to hold EIC in our High Income Portfolio.

A few distribution cuts came through from three Clough CEFs: the Global Equity Fund (GLQ), Global Opportunities Fund (GLO) and the Global Dividend and Income Fund (GLV) – the last two of these are Hybrid sector funds while the first is an Equity sector fund.

All three funds have a managed distribution policy that is set to 10% of their NAV for the last 5 trading days of the year. What’s odd about these funds is that they managed to deliver a negative total NAV return over the past year despite the obvious fact that equities did well in 2021. This also means they had a drop in NAVs over 2021 which drove the recent cuts due to the MDPs. As we discussed in an earlier article, funds with MDPs, particularly formulaic ones such as these three funds, don’t surprise investors when their distributions change. They can also allow investors to preposition for upcoming distribution cuts or raises. We highlight funds with MDPs in our CEF Tool on the service.

The Western Asset Global Corporate Defined Opportunity Fund (GDO) released its shareholder report covering the period up to October. The fund remains in the Defensive and Core portfolios due to its decent quality (about half in investment-grade bonds) and term structure which provides a discount anchor and a potential tailwind return into the termination. Recall that Western Asset funds don’t have a consistent history of terminating their term funds with (DMO) being a good example. Arguably, DMO was a special case because it used to trade at a premium anyway which would have allowed holders to exit not just at the NAV but above it. This could have been the reason for the managers to keep the fund from terminating. In any case, GDO net investment income profile trend looks good – NII increased to $1.07 in 2021 from $1.03 in 2020 (and from $0.99 in 2019). Coverage is still on the low side at around 88% but that’s not unexpected for the fund’s quality and NAV distribution rate of 6.94% (7.14% distribution rate on price). The discount is at around 3%. Duration is relatively low for a higher-quality credit fund at around 6. Treasury yields have moved up this year so it’s worth waiting for them to consolidate before adding to longer-duration funds in our view.

Based on some of the comments we received from readers, there is a sense that PIMCO taxable funds are getting decimated in the current period of rising Treasury yields. The reality is not quite as stark. On a year-to-date basis, the taxable funds are indeed lower but, outside of the agency-focused (RCS), the average return is around -0.75% in total which is not all that bad.

CEF Weekly Market Review: Don

Systematic Income

More broadly, all of the PIMCO taxable funds are still up since the start of the second half of 2021, despite the 10-year Treasury yields having risen 0.33% in that span.

CEF Weekly Market Review: Don

Systematic Income CEF Tool

It’s worth keeping in mind that the durations of the PIMCO taxable funds have shortened to around 3 from about 6 so the impact of higher rates is going to be fairly contained unless it also spills over into wider credit spreads.

Stance And Takeaways

In the CEF space our focus remains on higher-yielding credit, floating-rate and multi-sector funds that can benefit from or, at the very least, remain relatively resilient if interest rates continue their march upward. We have previously reduced our duration exposure a few months ago in favor of funds that could handle a rising rate regime relatively well. An example in our High Income Portfolio is the switch in August from GDO to AIF, which has delivered about a 10% return differential since then.

CEF Weekly Market Review: GDO and AIF performance

Systematic Income

We would look to add duration back in the portfolio if the 10-year Treasury moves north of 2% and consolidates there as well as rotate back into a higher-quality allocation as the cycle matures.

More broadly, a few funds that are worth a look are the Nuveen Mortgage and Income Fund (JLS) – a higher-quality MBS/ABS fund with a duration of 3.3 (6.9% discount, 4.85% distribution rate, about 75-80% covered). We also like the BNY Mellon High Yield Strategies Fund (DHF) – a HY corporate fund (4.6% discount, 7.16% distribution rate) as well as the Tri-Continental Corp (TY) – a hybrid allocation fund whose low distribution rate of 3.7% is a key driver of its wider discount. The reality is that the fund earns about the same as other hybrid funds, it’s just that it distributes a lot closer to what it actually earns. Its historic return is one of the highest in the sector.

CEF Weekly Market Review: Don

Systematic Income CEF Tool

The fund’s discount has tended to trade wide of the sector, despite its superior returns and low fee. TY has now moved out to trade about 10% wider of the Hybrid sector average which looks like an attractive entry point for investors with a constructive view on equities.

CEF Weekly Market Review: TY fund

Systematic Income CEF Tool



Source link

Expliqué : Qui est Yevhen Murayev, désigné par la Grande-Bretagne comme le choix du Kremlin pour diriger l’Ukraine ?


La Grande-Bretagne a accusé le Kremlin de vouloir installer un dirigeant pro-russe en Ukraine et a déclaré que des responsables du renseignement russe avaient été en contact avec d’anciens politiciens ukrainiens dans le cadre de plans d’offensive militaire.

Le ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré que la Russie envisageait le politicien ukrainien Yevhen Murayev pour diriger un nouveau gouvernement, dans des commentaires que la Russie a démentis.

Murayev a également versé de l’eau froide sur cette affirmation dans des commentaires au journal Observer.

Qui est Yevhen Murayev ?

Né dans la ville orientale de Kharkiv, près de la frontière russe, en 1976, Murayev fait partie d’un groupe d’hommes politiques qui s’opposent aux dirigeants pro-occidentaux qui ont pris le pouvoir après les manifestations de Maidan en 2014.

Il a commencé sa carrière politique à Kharkiv en tant qu’allié de l’ancien président Viktor Ianoukovitch, qui s’est enfui en Russie après le soulèvement de Maïdan.

En 2014-2019, Murayev était législateur. Cela a commencé dans la faction du Bloc d’opposition, un parti formé de fragments du Parti des régions soutenu par Moscou de Ianoukovitch.

Mais en juin 2016, il prend ses distances avec le Bloc de l’opposition et fonde son propre parti Por la Vida, avec une idéologie similaire.

En 2018, il a lancé un autre match appelé Nashi. Murayev s’est inscrit comme candidat à la présidence aux élections de 2019, mais a retiré sa candidature avant le vote.

Quelles sont les opinions politiques de Murayev ?

Murayev a promu des points de vue qui s’alignent étroitement sur les récits russes sur l’Ukraine.

Il considérait les manifestations de Maïdan comme un coup d’État soutenu par l’Occident.

L’année dernière, il a qualifié la guerre dans la région orientale du Donbass en Ukraine de conflit interne entre le gouvernement et les rebelles, contrairement à l’opinion en Ukraine et en Occident selon laquelle le conflit oppose l’Ukraine et des mandataires soutenus par la Russie.

En 2021, il a déclaré que le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy était contrôlé par l’Occident et a suggéré, comme la Russie l’a fait, que l’Ukraine pourrait essayer de reprendre de force le territoire des séparatistes soutenus par la Russie.

Kiev nie tout plan de ce type.

« Zelenskiy est un otage et fait l’objet d’un chantage de la part du MI6, de la CIA, peu importe. Demain, ils pourraient le forcer à lancer une offensive contre le Donbass, ce qui conduira à une guerre à grande échelle », a-t-il déclaré.

Amener la Russie à une escalade « signifiera la mort de milliers d’Ukrainiens des deux côtés de la ligne de démarcation ».

Quelle est l’influence de Murayev ?

Murayev est moins important que Viktor Medvedchuk, un homme d’affaires et législateur pro-Moscou qui affirme que le président russe Vladimir Poutine est le parrain de sa fille et a été assigné à résidence l’année dernière dans une affaire de trahison.

Cependant, Murayev domine à travers sa chaîne de télévision, appelée Nash, qui a commencé à émettre en novembre 2018 et appartient officiellement à son père, Volodymyr.

Selon un sondage réalisé par le groupe de réflexion du Centre Razumkov en décembre 2021, Murayev s’est classé septième avec 6,3% de soutien parmi les candidats potentiels à la prochaine élection présidentielle de 2024.

Une autre enquête du groupe Rating l’a placé à la cinquième place. En 2017, il a présenté une déclaration de patrimoine, une exigence obligatoire en tant que législateur.

Il a déclaré des liquidités de 2 millions de dollars, 1 million d’euros (1,13 million de dollars) et 13 millions de hryvnias (460 971 dollars).

Bulletin | Cliquez pour recevoir les meilleurs explicateurs du jour dans votre boîte de réception

Que disent Murayev et d’autres de l’accusation de la Grande-Bretagne ?

Murayev a minimisé l’affirmation de la Grande-Bretagne, déclarant au journal Observer que l’accusation « n’est pas très logique ».

Il a promis plus de commentaires dans une publication sur Facebook, accompagnés d’une image trafiquée de lui se faisant passer pour James Bond.

Dans un article ultérieur, il a appelé à mettre fin à la division de l’Ukraine entre politiciens pro-occidentaux et pro-russes, affirmant que le pays avait besoin de nouveaux dirigeants.

La Russie a qualifié l’accusation de la Grande-Bretagne de « désinformation ».

Le gouvernement ukrainien n’a pas immédiatement commenté. Volodymyr Fesenko, un analyste politique ukrainien, a trouvé Murayev un candidat étrange. a écrit.

(1 $ = 28,2013 hryvnias)
(1 $ = 0,8818 euros)





Source link

Guangzhou va faire progresser le yuan numérique et les pilotes de la blockchain en 2022


Le rapport 2022 du gouvernement de la province du Guangdong indique que sa capitale, Guangzhou, deviendra un banc d’essai numérique du yuan et un centre pilote d’application d’innovation blockchain en 2022.

Faits rapides

  • Guangzhou a postulé pour devenir une nouvelle ville pilote du yuan numérique en septembre 2021.
  • Guangzhou est l’une des principales villes de la région de la grande baie Guangdong-Hong Kong-Macao (GBA).
  • Actuellement, la seule ville pilote de yuan numérique dans GBA est Shenzhen.
  • L’e-CNY chinois, ou yuan numérique, est présenté comme la monnaie numérique de la banque centrale (CBDC) la plus avancée émise par une grande économie mondiale.
  • En novembre dernier, un projet intitulé « Système de dépôt judiciaire et de paiement numérique et de règlement en yuans pour la région de la Grande Baie » a reçu 5 millions de yuans (788 221 dollars) d’une autorité financière locale.
  • De plus, Guangzhou est sur le point de devenir une zone de démonstration de la blockchain, après l’approbation du ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information l’année dernière.



Source link

JPMorgan Exec sur l’état du marché de la cryptographie : « Nous sommes à l’ère de Napster »


Un cadre supérieur du géant des services financiers JPMorgan affirme que l’état actuel des marchés de la cryptographie est comparable à la phase « Napster » de la musique en streaming dans les années 1990.

S’adressant à The Financial News, le responsable des actifs numériques de JPMorgan, Umar Farooq, a qualifié les crypto-monnaies de « maladroites » et les a comparées à l’état de l’industrie du streaming musical dans les années 1990. Farooq a noté que l’avenir s’annonce brillant pour les crypto-monnaies, similaire à l’évolution de l’industrie de la musique en Apple Music et Spotify.

Tel que rapporté par The Daily Hodl, Farooq a déclaré :

« Dans les années 90, il y avait un truc qui s’appelait Napster… C’était maladroit. Tout le monde ne pouvait pas le faire. Et puis 20 ans plus tard, vous avez Apple Music et Spotify. Je ne pense pas que nous serions allés aussi loin sans Napster. Nous sommes assis à l’ère de Napster. Nous ne savons tout simplement pas à quoi ressemble Spotify. C’est pourquoi je pense [crypto] est ici pour rester. Je ne sais juste pas sous quelle forme ou forme.”

Il a qualifié la vitesse d’innovation pour les actifs numériques de « casse-cou » et a révélé que la banque constatait un vif intérêt de la part des clients.




Farooq a également affirmé que les crypto-monnaies avaient largement dépassé leurs jours de « Far West » pour devenir une industrie établie :

« Bitcoin existe depuis un peu plus d’une décennie. Les premières années ont été littéralement, vous savez, un peu lentes, puis les choses ont commencé à rattraper leur retard. Les gens se rendent compte, ‘OK, je peux en construire d’autres. Peut-être qu’on peut programmer ce truc, peut-être qu’on peut créer des écosystèmes…

« L’organisation décentralisée a été définie. C’est une explosion cambrienne. »

Les commentaires de Farooq font suite à un rapport similaire de l’analyste de JPMorgan Kenneth Worthington plus tôt dans le mois, qui a déclaré que les crypto-monnaies deviendraient de plus en plus pertinentes pour le secteur des services financiers cette année. Il a prédit que l’échange basé aux États-Unis Coinbase deviendrait l’un des plus grands bénéficiaires de l’adoption de la crypto-monnaie.

Avertissement

Les points de vue et opinions exprimés par l’auteur, ou toute personne mentionnée dans cet article, sont à titre informatif uniquement et ne constituent pas des conseils financiers, d’investissement ou autres. Investir ou échanger des actifs cryptographiques comporte un risque de perte financière.



Source link

Les données veulent (encore) perturber votre flux d’affaires – TechCrunch


Bienvenue dans Startups Weekly, une nouvelle version humaine des actualités et tendances startup de cette semaine. Pour le recevoir dans votre boîte de réception, inscrivez-vous ici.

Le fonds de capital-risque de démarrage récemment fermé d’AngelList ramène l’une de mes conversations préférées dans le monde de la collecte de fonds de démarrage de démarrage : aux données ou pas aux données. Le fonds de 25 millions de dollars base tous ses investissements sur une mesure clé qu’AngelList suit depuis des années : la capacité d’une startup à embaucher.

Lorsque j’ai parlé avec Abraham Othman, responsable du comité d’investissement et de science des données chez AngelList Venture, il m’a dit qu’ils remportaient des contrats parce qu’ils étaient moins un adversaire des sociétés de portefeuille que d’autres sociétés. « Notre objectif? Ceci est notre ensemble de données, voyons si nous pouvons y mettre de l’argent », a-t-il déclaré. Plus de diligence raisonnable? Il n’y a pas de problème.

Bien sûr, il y a des défis à se fier à de tels signaux pour faire des investissements. Comme l’histoire nous le rappelle souvent, la diligence raisonnable est importante d’un point de vue humain, et examiner un fondateur au-delà de sa capacité à attirer des talents peut éviter aux entreprises des maux de tête ou des problèmes juridiques. De plus, une startup pourrait obtenir une tonne de candidats en raison du salaire, de l’emplacement ou même de la couverture récente d’un blog technologique bien connu, ce qui peut être de bon augure pour le succès, mais pourrait aussi simplement être le résultat d’un excellent marketing. . Dans le cas d’AngelList, ils pensent que la fluidité de la demande d’embauche ajoute à son importance.

Comme vous le savez probablement, je pense que l’avenir de l’investissement basé sur les données apportera une arme à double tranchant à nos salles Zoom (ou peut-être à son absence). L’investissement traditionnel qui donne la priorité au pedigree et à la culture, ou à «l’art» d’un fondateur, a laissé de côté toute une classe d’individus historiquement négligés. Mais ce même processus, où vous passez cinq heures à discuter avec un entrepreneur en herbe, apporte une couche d’humanité aux décideurs avant qu’ils n’obtiennent des millions pour concrétiser une vision.

Je ne veux pas reprendre la conversation sur la diligence raisonnable, et les investisseurs qui s’appuient sur des données pour dicter leurs décisions d’investissement sont tout sauf une nouvelle stratégie. C’est la chanson des investisseurs à un stade avancé, des analystes de capital-investissement et de votre brillante tante qui aime un bon rapport sur les bénéfices. Les startups et les investisseurs en démarrage, de ClearCo à SignalFire, ont passé des années à créer des conseils d’algorithme sur les rendements supposés.

Cependant, dans un marché haussier, même pour les plus optimistes d’entre nous, la prémisse d’une vérification impartiale et basée sur les données semble un peu plus prometteuse qu’auparavant. Certes, l’argent ne résout pas tous les problèmes – la première raison pour laquelle les nouvelles entreprises échouent aujourd’hui est toujours en raison de l’impossibilité d’obtenir de nouveaux capitaux. Ajoutez à cela l’écart entre les sexes dans la collecte de fonds et un processus de prise de décision plus automatisé ne semble soudainement pas non romantique, cela semble inévitable.

Pour mon point de vue complet sur ce sujet, consultez ma colonne TechCrunch+ : L’investissement en capital-risque algorithmique est-il compatible avec la diligence raisonnable ?

Dans le reste de cette newsletter, nous parlerons d’un nouveau fonds adapté aux diplômés, de la technologie juridique et du patchwork croissant de startups de Plaid. Comme toujours, vous pouvez suivre mes réflexions sur Twitter. @nmasc_ ou écoutez-moi sur Equity, un podcast sur l’activité des startups, où nous décomposons les chiffres et les nuances derrière les gros titres.

1 million de dollars dure un million de fois plus longtemps qu’avant

Dirigés par Jeff Bussgang, partenaire fondateur de Flybridge, les professeurs de la Harvard Business School ont créé un fonds de 7 millions de dollars pour investir dans les récents diplômés universitaires. Il s’agit du troisième volet du Graduate Syndicate, qui a officiellement fermé cette semaine sur la base des documents déposés auprès de la SEC.

Voici ce que vous devez savoir : L’union est née il y a quelques années lorsque des professeurs d’écoles de commerce se sont rendus compte que les jeunes talents de leurs promotions cherchaient un capital d’activation. Pour limiter les conflits d’intérêts, tels que le favoritisme ou le déséquilibre des pouvoirs, Bussgang a déclaré que le syndicat n’investissait dans les fondateurs qu’après avoir obtenu leur diplôme. À ce jour, le syndicat a investi dans 60 entreprises, dont 41 % sont dirigées ou codirigées par une femme fondatrice.

Bussgang sur ce qui a changé dans le pré-graine :

Un cycle de pré-amorçage, qui est généralement d’environ un million de dollars, se déroule à un moment où vous pouvez faire beaucoup de progrès avec seulement un million de dollars, étant donné les plates-formes de code sans code, le cloud et le démarrage réduit- les coûts. La plus grande tendance que j’ai constatée est que ces entreprises peuvent faire tellement avec si peu. [and] à cause de ces plates-formes sans code … les fondateurs d’entreprise peuvent être des constructeurs, ils n’ont pas besoin d’être des développeurs de logiciels et c’est un énorme vent arrière pour la communauté HBS.

Astuces et autres trucs :

Crédits image : prends ton (Ouvre dans une nouvelle fenêtre) /Shutterstock (Ouvre dans une nouvelle fenêtre) (L’image a été modifiée)

Et le début de la semaine c’est…

Métiers du droit. Lorsqu’il s’agit de notre monde du travail nouvellement distribué, la flexibilité est un terme clé mais insaisissable. Heureusement pour Raad Ahmed et Ashish Walia, les co-fondateurs de Lawtrades, la définition du terme est une conversation continue depuis 2016. Lawtrades veut changer la façon dont les entreprises utilisent les ressources juridiques et donner aux avocats la possibilité d’être plus flexibles et de travailler à distance.

Voici ce que vous devez savoir : La startup a levé un tour de table de série A de 6 millions de dollars, dirigé par Four Cities Capital, avec la participation de Draper Associates et de 500 startups. Le réseau d’avocats a gagné plus de 11 millions de dollars sur la plateforme à ce jour et a enregistré plus de 60 000 heures de travail sur la plateforme en 2021, soit une augmentation de 200 % par rapport à 2020, selon nos propres rapports Christine Hall.

Ahmed lors du voyage sur la lune :

En tant qu’entreprise, vous rencontrez essentiellement des étrangers sur Internet, vous les embauchez pour des centaines de milliers de dollars et vous leur faites confiance pour faire du bon travail. Il y a donc beaucoup de paris en cours du côté de l’offre. Nous laissons environ 5% à 6% de [lawyers into the platform] – mais la partie vraiment difficile est à quoi ressemble cette journée sur le plan opérationnel. D’autres plates-formes… il n’y a pas beaucoup de transparence au travail, alors nous essayons de travailler là-dessus.

Nous avons cet outil simple, une application de suivi du temps, une fois que vous êtes embauché pour un engagement, vous vous connectez essentiellement à chaque heure de travail. Fondamentalement, nous rendons cela transparent pour que les clients voient ce qui est l’équivalent d’un fil d’actualité Facebook, mais c’est un fil qui fonctionne. Donc, il est mis à jour sur qui travaille sur quoi ou pendant combien de temps sur quel projet et vous pouvez réagir à cela, commenter cela et nous proposons des moyens toujours plus intelligents pour nous de capturer les données avec un minimum de travail en tant que notre réseau. avocats.

Cela vous permet en fait d’obtenir encore plus de transparence et encore plus de détails sur la productivité de quelqu’un que vous ne le feriez s’ils étaient côte à côte.

Mentions honorables:

Crédits image : Mawardi Bahar / Eye Em (Ouvre dans une nouvelle fenêtre) / fausses images

Plaid entré Cognito

Le géant de la fintech Plaid a acquis la plate-forme de vérification Cognito pour environ 250 millions de dollars, a rapporté Alex Wilhelm de TC cette semaine. Plaid s’est activement développé, passant du tissu qui aide les fintechs à communiquer à un patchwork de services construits au-dessus de ces connexions clés.

Voici ce que vous devez savoir : L’accord intervient des mois après la propre acquisition de Plaid, qui aurait appartenu à Visa, s’est effondrée et a reçu une nouvelle évaluation élevée. Comme nous en avons discuté dans le dernier Equity, Plaid a mûri pour héberger un accélérateur de startups en pleine croissance, acquérir des entreprises et élargir clairement ses ambitions stratégiques.

Saison des épouses :

Pile de couvertures en laine à carreaux

Crédits image : Manuta / Getty Images

Autour de TechCrunch

tout au long de la semaine

Repéré sur TechCrunch

Le premier projet de loi antitrust de Big Tech se dirige vers la réalité

De fortes pluies arrivent pour le boom de la cryptographie au Royaume-Uni

Combien de licornes ne sont que des piñatas remplies de bonbons périmés ?

Les développeurs open source, travaillant gratuitement, découvrent qu’ils ont le pouvoir

Le PDG de Crypto.com admet que des centaines de comptes clients ont été piratés

Le PDG de Peloton reconnaît les mesures correctives et nie « l’arrêt de toute production » de vélos et de tapis roulants

Repéré sur TechCrunch+

L’informatique quantique restera-t-elle le domaine du VC spécialisé ?

Chère Sophie, Comment puis-je développer mon entreprise avec succès aux États-Unis ?

Comment créer un conseil consultatif produit pour votre startup

5 domaines dans lesquels les sociétés de capital-risque peuvent jouer un rôle important dans la lutte contre le changement climatique

Jusqu’à la prochaine fois,

Nord





Source link

Face à des poursuites judiciaires et des plaintes de célébrités, Twitter lance des comptes vérifiés – TechCrunch


Twitter a été sévèrement critiqué par des célébrités, dont Kanye West, pour des imitateurs créant des comptes non autorisés en leur nom. Tony La Russa, le manager de la franchise St. Louis Cardinals Major League Baseball, poursuit Twitter alléguant que quelqu’un se fait passer pour lui sur le site.

Aujourd’hui, le cofondateur de Twitter, Biz Stone a répondu au procès, déclarant catégoriquement que Twitter ne réglera pas avec La Russa, qualifiant le procès de « gaspillage inutile de ressources judiciaires qui frivole ». Twitter, comme il l’a fait dans d’autres situations similaires, a suspendu le compte en question.

Mais en réponse au problème des imitateurs de marques et de célébrités, Twitter nous donne un aperçu d’une fonctionnalité expérimentale qu’ils appellent « comptes vérifiés ». Twitter annonce qu’il commencera à déployer la version bêta de cette fonctionnalité cet été auprès d’un petit groupe d’agents publics, d’agences publiques, d’artistes célèbres, d’athlètes et d’autres célébrités qui risquent d’être victimes d’hameçonnage. Les entreprises ne seront pas incluses dans le test bêta du sceau de vérification initial. Comme vous pouvez le voir sur l’image, la page du titulaire du compte aura un tampon officiel « compte vérifié » sur sa boîte de profil.

Le phishing est un problème sur le Web en général. Le chanteur principal d’Aerosmith, Steven Tyler, a récemment tenté de poursuivre un groupe de blogueurs anonymes pour s’être fait passer pour lui, en vain. Facebook, comme Twitter, est une autre plate-forme où les imitateurs peuvent créer des pages non autorisées au nom de célébrités et de personnalités publiques.

Bien sûr, certaines imitations de Twitter peuvent conduire à des situations amicales. Lors de l’Ashton Kutcher vs. CNN pour un million d’abonnés, il a été révélé que CNN ne possédait pas le compte Twitter CNNbrk. CNN a fini par prendre le contrôle du compte CNNbrk, en vertu de l’accord selon lequel le propriétaire initial du compte, James Cox, agirait en tant que « consultant en médias sociaux » du réseau. Bien que le sceau de vérification de Twitter soit encore en phase expérimentale, cela semble être un pas dans la bonne direction.





Source link

Bitcoin atteint son plus bas niveau en six mois alors que le marché de la cryptographie s’effondre


Points clés à retenir

  • Le marché de la cryptographie a ouvert le week-end avec une autre grande vente.
  • Bitcoin a atteint 34 000 $ pour la première fois en six mois.
  • Le climat macro actuel a eu un impact énorme sur les actifs cryptographiques ces dernières semaines.

Partagez cet article

La capitalisation boursière mondiale de la cryptographie est tombée à 1,7 billion de dollars après qu’une récession a frappé Bitcoin et le reste du marché.

Bitcoin tombe à 34 000 $

Le marché de la cryptographie est en chute libre.

Bitcoin a ouvert le week-end avec une autre baisse spectaculaire après le krach boursier de jeudi. La crypto numéro un est en baisse de 7,6 % au cours des dernières 24 heures et a brièvement testé 34 000 $ ce matin. Il se négocie actuellement à environ 35 600 $, en baisse de 48 % par rapport à son sommet historique. Bitcoin a atteint pour la dernière fois 34 000 $ en juillet 2021.

De nombreux autres actifs cryptographiques ont été durement touchés lors du crash. Ethereum est brièvement tombé en dessous de 2 350 $ après avoir reculé de 11,1 %. Solana est descendu en dessous de 100 $ pour la première fois depuis août de l’année dernière, tandis que d’autres pièces de couche 1 comme Terra et Avalanche ont également plongé (baisse de 12,6 % et 15,2 %, respectivement).

Les premiers jetons Ethereum DeFi se négocient également dans le rouge. Le composé est en baisse de 15 %, Uniswap est en baisse de 14,1 % et Aave est en baisse de 15,3 %. Les soi-disant jetons Metaverse qui dominaient le marché à la fin de 2021 étaient parmi les plus grands perdants de la vente. Sandbox a chuté de 16,2 %, tandis que Decentraland et Axie Infinity ont chuté de 17,9 % et 17,6 %.

La dernière baisse survient après que le marché a chuté aux côtés des marchés traditionnels tôt vendredi. Les actions Big Tech comme Netflix et Amazon ont connu un week-end particulièrement mauvais ; Netflix a chuté de plus de 20 % vendredi après avoir révélé que ses concurrents mangeaient sa part de marché de la vidéo en streaming dans sa pire journée depuis 2012. Amazon a chuté de 5,95 % pour afficher sa pire semaine depuis décembre 2018. Le Nasdaq Composite, le Dow Jones Industrial Average, et le S&P 500 ont tous glissé vendredi.

L’année 2022 a été difficile pour les marchés de la cryptographie et de la finance. La récente liquidation a été largement attribuée à la Réserve fédérale après qu’elle a annoncé qu’elle prévoyait trois hausses de taux d’intérêt cette année. Dans de telles conditions, les actifs risqués ont tendance à souffrir car le coût d’emprunt de l’argent devient plus cher. D’autres facteurs, tels que la variante Omicron et une éventuelle guerre russe, ont également suscité des craintes chez les investisseurs.

Quant aux crypto-monnaies, les prix baissent sur le marché depuis novembre. Alors que les pièces à plus petite capitalisation ont augmenté occasionnellement ces dernières semaines, des actifs majeurs comme Bitcoin et Ethereum ont largement eu du mal à gagner un élan notable depuis qu’ils ont atteint des sommets de 69 000 $ et 4 800 $ le 10 novembre. À l’époque, le marché mondial des crypto-monnaies dépassait les 3 000 milliards de dollars. Aujourd’hui, il est plus proche de 1,7 billion de dollars, soit 43 % de moins.

Divulgation: Au moment de la rédaction de cet article, l’auteur de cette fonctionnalité possédait ETH, FTM et plusieurs autres crypto-monnaies. Ils étaient également exposés à COMP, UNI et AAVE dans un indice de crypto-monnaie.

Partagez cet article



Source link

Le professeur Gensler obtient un F en crypto



L’avocat James Burnham spécule que la Cour suprême annulerait probablement des règles similaires sur les valeurs mobilières aujourd’hui, peut-être si une société de crypto-monnaie devait déposer une contestation sans mandat du Congrès. Mais même si un procès se rendait devant la Haute Cour, une réprimande de l’agence aurait déjà obligé une entreprise à dépenser d’énormes frais juridiques et à endurer des années de litige avant même d’avoir la chance de plaider l’affaire.



Source link

Renault, Nissan et Mitsubishi présenteront cette semaine le plan EV 2030


contenu de l’article

Renault SA, Nissan Motor Co et Mitsubishi Motors Corp prévoient de tripler leur investissement pour développer conjointement des véhicules électriques (VE), ont déclaré à Reuters deux personnes au courant du plan.

Alors que les constructeurs automobiles établis font face à la pression de nouveaux concurrents et à une évolution attendue de la demande vers les véhicules électriques, l’alliance franco-japonaise cherche à approfondir sa coopération.

Les trois devraient annoncer jeudi un plan d’investissement de plus de 20 milliards d’euros (23 milliards de dollars) au cours des cinq prochaines années dans le développement de véhicules électriques, ont indiqué les sources. D’ici 2030, l’alliance devrait produire plus de 30 nouveaux véhicules électriques à batterie pris en charge par cinq plates-formes communes, ont-ils déclaré.

Annonce publicitaire

contenu de l’article

Cela s’ajoute aux 10 milliards d’euros que le groupe a déjà dépensés pour l’électrification, ont déclaré les deux personnes au courant du plan.

Les porte-parole de Nissan, Renault et Mitsubishi n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires dimanche.

Le plan « Alliance pour 2030 » vise à mettre en valeur une « coopération intensifiée » entre les constructeurs automobiles, mettant en avant une « vision partagée sur l’électrification et la mobilité connectée », a indiqué une source. Les cinq plateformes communes devraient couvrir 90 % des véhicules électriques que les entreprises devraient développer et lancer d’ici 2030, ont indiqué les sources.

L’alliance de trois entreprises a développé et partiellement mis en œuvre quatre plates-formes communes de véhicules électriques.

L’un soutient les véhicules électriques comme les prochains Ariya de Nissan et la Megane EV de Renault, et l’autre soutient les voitures simples et abordables de Nissan et de son partenaire du marché chinois Dongfeng, ainsi que pour la marque Dacia de Renault. Les deux autres sont des plateformes pour micro minis, appelées « kei cars » au Japon, et des véhicules utilitaires légers.

Annonce publicitaire

contenu de l’article

D’ici le milieu de la décennie, l’alliance vise à mettre en place une cinquième plate-forme commune pour les véhicules électriques compacts conçus par Renault, ont indiqué les sources.

Nissan a déjà décidé d’utiliser cette plate-forme, appelée CMFB-EV, et d’autres composants standardisés pour électrifier la voiture compacte Nissan Micra, tandis que Renault devrait introduire une voiture électrique similaire basée sur la même plate-forme, ont indiqué les sources. La Micra EV devrait être lancée au milieu des années 2020.

véhicules électriques abordables

Les constructeurs automobiles espèrent rendre les véhicules électriques compacts aussi abordables que les véhicules à essence de taille similaire, ont indiqué les sources.

Les constructeurs automobiles sont censés utiliser des batteries communes et d’autres composants clés. L’alliance prévoit d’investir conjointement dans la capacité de produire en France, en Grande-Bretagne, en Chine et au Japon un total de 220 gigawattheures de capacité de batterie d’ici 2030 dans le cadre du plan, ont indiqué les sources.

Annonce publicitaire

contenu de l’article

En normalisant et en partageant les batteries, l’alliance espère réduire de moitié les coûts de fabrication des batteries, ont-ils déclaré.

L’alliance devrait également partager la technologie des batteries lithium-ion à semi-conducteurs, que Nissan a développée, ont-ils déclaré.

Le plan était que les dirigeants de Renault, Nissan et Mitsubishi annoncent le plan 2030 l’automne dernier lors d’un événement au Japon, mais l’annonce a été reportée à cette semaine en raison d’une augmentation du COVID-19 au Japon, ont indiqué les sources.

Un désaccord entre Nissan et Renault sur les propositions de la société française pour une fusion à part entière – des tensions qui ont éclaté avec l’arrestation de l’ancien chef de l’alliance Carlos Ghosn en 2018 – a coïncidé avec des efforts bloqués pour collaborer sur la technologie et le développement de véhicules, des personnes ayant des connaissances de la question ont dit.

Annonce publicitaire

contenu de l’article

Les trois constructeurs automobiles ont leurs propres technologies hybrides avec peu de pièces et de systèmes clés partagés. Une coopération limitée sur l’approvisionnement et le développement a soulevé des inquiétudes au sein du groupe quant à la capacité de réaliser des économies de coûts, a déclaré une source.

Il n’était pas immédiatement clair si les dirigeants de l’alliance discuteraient des hybrides dans le cadre de leur plan 2030.

Nissan a déclaré en novembre qu’il prévoyait de dépenser quelque 18 milliards de dollars sur cinq ans pour accélérer l’électrification des véhicules, en lançant 23 véhicules électriques, y compris des hybrides gaz-électriques, d’ici 2030, dont 15 véhicules électriques. La moitié de la gamme de véhicules de Nissan sera électrifiée d’ici 2030, y compris les véhicules électriques et les hybrides e-Power, a indiqué la société.

Renault a déclaré que sa marque Renault serait 100% électrique en Europe d’ici 2030, mais des responsables de l’entreprise ont déclaré à Reuters que l’objectif ne s’appliquait pas aux marchés hors d’Europe ni aux autres marques du groupe, telles que Dacia.

(1 $ = 113,6800 yens)

(1 $ = 0,8818 euros) (Reportage de Norihiko Shirouzu à Pékin; Montage par William Mallard et Kevin Krolicki)

Annonce publicitaire

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs réflexions sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail – vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour dans un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.



Source link